Accueil » Santé » Prévention » Notre système de santé est malade ! (suite et fin)

Notre système de santé est malade ! (suite et fin)

Ceci est la suite de notre premier article sur le système de santé au Sénégal, un diagnostic sans complaisance de notre consoeur Matel Bocoum du quotidien l’Enquete.

…Du coup, la santé passe pour une véritable vache laitière qui ouvre la voie à toutes sortes de pratiques qui ont déstabilisé le secteur, avec comme conséquence, une vulnérabilité accrue des populations sénégalaises. A cause de multiples artifices, des auditeurs ont du mal à détecter une certaine traçabilité. Un directeur d’un programme national, mis à l’écart sous le régime de Macky Sall, confirme cette thèse. ‘’Ce sont des pratiques enracinées dans nos us. Le budget affecté à un programme de lutte aiguise de grands appétits. Parce que j’ai refusé de cautionner ces pratiques, j’ai été combattu et mis en quarantaine’’, témoigne notre interlocuteur, qui a également préféré requérir l’anonymat. Il a été contraint de monnayer ses talents dans les organismes internationaux, à cause d’une présence jugée encombrante. Il n’en pense pas moins que l’index doit être pointé vers les administrateurs comptables, cerveau de ces opérations. ‘’On n’a jamais vu des auteurs de telles pratiques emprisonnés, dans notre pays. Il arrive que des responsables de programme soient relevés de leurs fonctions, mais les comptables qui ont la latitude de dire non à leur tutelle méritent de purger une peine de prison‘’, dit-il.

Des artifices et subterfuges non perceptibles

Une étude sur la Gouvernance et la corruption dans le système de la santé au Sénégal par le Forum civil, en partenariat avec le Centre de recherche pour le développement international (Crdi), a mis en lumière ces artifices qui favorisent une ‘’non-lisibilité des procédés’’ et témoignent de ‘’la complexité dans l’organisation du système de santé.’’ Pour pénétrer le système et déceler ces failles qui engraissent toute la chaîne, les chercheurs ont porté, entre autres, la casquette de stagiaire.  Déjà en 2004, le Forum civil faisait savoir que ‘’l’espace des cercles vertueux se restreint. Entre autres entorses, la corruption, passerelle de tous les vices, a infecté toute une chaîne, allant du petit personnel au sommet avec ceux qui occupent des positions privilégiées dans les structures de santé’’.

Ils sont nombreux à user d’ingéniosité pour maquiller les ‘’bons payés et non livrés’’, les commandes fictives, les surfacturations. Il s’y ajoute l’installation de ‘’taupe‘’ par les fournisseurs au sein des commissions de passation de marchés, pour en maîtriser les règles internes et remettre en cause l’équité proclamée’’, selon toujours le rapport du forum civil. Le rapport a également mis à nu le culte du maquillage et de la dissimulation érigé en règle d’or et ‘’imperceptible aux yeux des personnes étrangères à la formation sanitaire’’. D’autres chercheurs ont décelé une imbrication entre les pratiques corruptives et le fonctionnement  réel quotidien des services de l’État.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login