Accueil » Religion » Connaissances et pratiques religieuses » Halal ou haram les plats cuisinés avec de l’alcool ?

Halal ou haram les plats cuisinés avec de l’alcool ?


Vous trouvez dans le menu d’un restaurant un plat de fruits de mer, ou de ragoût cuit avec de l’alcool. Le serveur vous informe que l’alcool présent dans ce plat s’est évaporé lors de la cuisson. Est-il de ce fait permis de manger ces plats ? Sheykh Abdullâh bin Hamid Ali répond à la question concernant la licéité de cuisiner des plats avec de l’alcool, dans le but de les consommer.

Dans un article trouvé sur Internet, quelqu’un pose la question suivante : « L’alcool disparait-il lors de la cuisson »? La personne se demande également combien de temps cela prend-t-il pour que l’alcool disparaisse. Dans l’article, il est écrit :

« … James Peterson, qui écrit des livres de cuisine et qui a étudié la chimie à l’Université de Berkeley en Californie, en parle dans « Sauces », son livre de recettes encyclopédique. Il dit qu’il suffit de cuire une sauce pendant au moins 20 à 30 secondes après l’ajout de vin pour que l’alcool s’évapore. Et cela a du sens, puisque l’alcool s’évapore à 172°F (78°C). Ainsi, toute sauce ou ragoût qui mijote ou bout est suffisamment chaud pour permettre à l’alcool de s’évaporer ».  

S’il est scientifiquement prouvé que l’alcool disparait de la nourriture, cette nourriture devient-elle licite pour autant ?

Réponse :

Dans l’école de l’Imam Malik, il n’est pas permis lorsque l’on cuisine un plat d’y insérer une impureté (najasa), ni de cuisiner une impureté. Même si vous croyez que les effets du vin disparaitront, il n’est pas permis d’altérer la nourriture avec une najasa. Personne ne voudrait verser de l’urine, des excréments, du sang ou du sperme sur des denrées alimentaires, n’est-ce pas ? (Bien sûr, pour un grand nombre de personnes, le goût et l’odeur du vin ne sont pas aussi répugnants que ces choses-là).

Je pense qu’il est important que nous prenions également en considération une autre préoccupation d’ordre éthique. C’est un sujet de préoccupation comme d’autre, qui résulte souvent des fatwas d’arrangement. Si nous donnions une fatwa autorisant quelqu’un à manger de la nourriture dans laquelle il y a du vin, cela encouragerait et validerait indirectement la vente de vin. A ma connaissance, toutes les écoles déclarent illicite (haram) la vente de raisin à une personne, si nous savons qu’elle l’utilisera pour en faire du vin. A mon avis, cette fatwa a la même valeur que la précédente.

Et Allâh est plus savant !

source : sunnisme.com

About Mounina Kane

Femme, mère et grand-mère passionnée de communication et d'écriture, c’est avec une grande joie que je prends la plume (ou le clavier) pour Debbosenegal, un grand challenge que je partage avec tous les membres de la rédaction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login