Accueil » Religion » L’Islam au Sénégal » Gamou 2020 à Tivaouane : mélancolique

Gamou 2020 à Tivaouane : mélancolique

Le Gamou ou Mawludul Nabi est la commémoration de la naissance du Prophète Mohammad (PSL). Célébrée partout au Sénégal, le gamou attire des fidèles dans toutes les localités du pays mais principalement dans la ville sainte de Tivaouane capitale de la communauté Tidjane.

Le Gamou 2020 restera dans les annales de la mélancolie

Contrairement à Kaolack où le Khalife a annoncé son intention de célébrer le gamou malgré la pandémie du covid 19, Tivaouane et son Khalife ont donné consigne aux fidèles de ne pas faire le déplacement dans la ville sainte cette année et de fêter la naissance du Prophète dans l’intimité de leur foyer pour éviter toute propagation du virus.

Il faut dire que le Ndigël (consigne) du khalife général Serigne Babacar Sy Mansour a été bien entendu et respecté. Rues quasi désertes dans la ville sainte, contrairement aux années précédentes où elles bruissaient de monde dès l’aube. On pouvait y rencontrer des milliers de gens allant dans tous les sens. Cette année, le décor est tout autre. Les rues et les mosquées sont quasiment désertes, les quelques rares personnes qu’on rencontre sont soit des habitants de la ville, ou des nostalgiques qui, célébration ou pas, ont quand même tenu à faire le déplacement pour faire la « ziarra » (visite des tombeaux) aux illustres disparus, El Hadj Malick Sy et ses fils.

Les rues de Tivaouane en temps normal de Gamou

Ambiance inédite à Tivaouane en ce mois béni de Rabi Al Awwal, où la lutte contre le Covid-19 a fait le vide sur l’esplanade des mosquées où moult radios et télévisions du pays se disputaient la place pour faire les meilleurs directs depuis la ville sainte.  Silence radio aussi du côté des innombrables hauts parleurs de la ville qui chaque année se faisaient l’écho des chœurs psalmodiant des panégyriques à l’endroit du Prophète de l’Islam et des discours des différents guides religieux sur sa vie et son œuvre tenant les fidèles en haleine jusqu’au petit matin…

Vivement 2020 et son cortège de malheurs et de tristesse aux oubliettes. Espérons que 2021 nous renoue avec nos bonnes vieilles habitudes et que le coronavirus ne soit plus qu’un mauvais souvenir. 

About Mounina Kane

Femme, mère et grand-mère passionnée de communication et d'écriture, c’est avec une grande joie que je prends la plume (ou le clavier) pour Debbosenegal, un grand challenge que je partage avec tous les membres de la rédaction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login