Accueil » Religion » Connaissances et pratiques religieuses » Cheikh Mohamed Nouroudine Sall : le confinement est une aubaine pour le musulman

Cheikh Mohamed Nouroudine Sall : le confinement est une aubaine pour le musulman

Cheikh Mohamed Nouroudine Sall est un islamologue sénégalais, réputé, polyglotte, ayant séjourné dans plus de 50 pays à travers le monde, et résidé principalement au Gabon, avant de rentrer définitivement au Sénégal. Il fait partie de ceux qui se battent pour la sauvegarde de l’Islam dans tous ses aspects, mais aussi en s’appuyant sur une lecture moderne de la religion qui accompagne le musulman de son temps.

Debbosenegal est allé à sa rencontre pour avoir son avis sur le comportement à adopter par le musulman en ces temps de coronavirus.

Bonjour Cheikh, en ces temps de pandémie, pensez-vous que confinement va de concert avec la pratique religieuse chez le musulman ?

Parfaitement, oui, dans le monde actuel où nous vivons, on peut dire que le confinement est presque une aubaine pour le musulman. La vie du Croyant, Confiné en temps de Coronavirus ? La corrélation de ces 3C doit nous amener à réfléchir. Mieux, elle doit nous mener au 6ème article de la 2ème dimension de L’islam (la Foi/Iman), qui consiste à se satisfaire de la volonté divine qu’elle soit favorable ou défavorable.

N’est- ce pas là l’occasion offerte de pouvoir récupérer et réorganiser notre temps à bon escient et de façon pérenne, même après la fin du confinement ?

Nous devons avouer que nous sommes tous victimes de la spirale infernale dans laquelle nous vivions avant le coronavirus et qui nous avait totalement coupé de l’essentiel. Rappelons-nous qu’avant cette épidémie, aucun d’entre nous ne pouvait rentrer chez soi aux heures qu’il voulait, prendre ses repas dans le temps qu’il fallait, faire ses prières dans le temps imparti ou s’adonner à la lecture quand il voulait ou même se reposer quand il fallait.

Tous, autant que nous sommes, étions sous l’emprise d’une déferlante de contingences externes qui a fini par nous rendre esclaves du temps et du gain. Le confinement auquel ce virus est venu nous astreindre, n’est-il pas pour tous, surtout nous, croyants, l’occasion de nous réapproprier notre quotidien et de donner la place qu’il faut à notre liberté d’agir conformément à notre nature telle que Dieu nous l’a demandé ?

L’occasion de pouvoir accomplir nos 5 prières quotidiennes à l’heure, de donner du temps aux repas, d’arrêter de confier l’éducation de nos enfants à la télévision et à l’internet, de nous rapprocher de nos conjoints, d’inculquer à nos enfants nos valeurs traditionnelles, valeurs qui demeurent le moteur de notre développement car toute science sans conscience n’est que ruine de l’âme. (François Rabelais)

Voilà ce à quoi nous devons nous enjoindre mutuellement. Pour ce qui est de cette pandémie, sachons raison garder et laissons agir les médecins, experts et autorités compétentes. Ne laissons aucune crainte ni psychose environnante nous détourner de notre préoccupation de Dieu pour la concentrer sur un virus aussi virulent soit-il. Il n’y a de force et de puissance qu’en Dieu.

*Ce sont ceux- là qui, lorsqu’on est venu leur dire : « vos adversaires réunissent leurs forces pour vous attaquer, soyez vigilants ! » ont vu leur foi se décupler et se sont écriés : « Dieu seul nous    suffit. N’est-Il pas le Meilleur des protecteurs ? »*

*Et comblés des bienfaits du Seigneur et de Sa grâce, ils revinrent chez eux, sans avoir éprouvé le moindre mal. Ils ne recherchaient en fait que l’agrément du Seigneur dont la grâce n’a point de limite.* (Âl- Imrân, v.173-174)

Voilà ce que Dieu dit dans le Coran. En toutes choses, il faut s’en remettre au Tout Puissant. Rien ne se fait sans sa volonté.

Merci Cheikh. Mais que pensez-vous de la fermeture des mosquées, de l’annulation de la prière du vendredi qui regroupait les musulmans du monde entier dans une ferveur hebdomadaire ?

Pouvez-vous me dire le minimum de personnes qu’il faut pour accomplir valablement une prière de vendredi dans une mosquée ?

Non, à vrai dire je ne le sais pas !

Il faut un minimum de 12 personnes en plus de l’Imam. Avec 13 personnes seulement, la prière du vendredi peut s’effectuer dans une mosquée. En temps de pandémie, si les musulmans s’entendaient entre eux, ils peuvent prier à 13 dans les mosquées et représenter ainsi toute la communauté. Mais pensez-vous que dans notre pays, le Sénégal, cela soit possible ? Nous n’avons pas la discipline qu’il faut. Personne n’acceptera de céder la place à un autre, chacun se disant plus musulman que l’autre.

Voyez ce qui s’est passé vendredi dernier en Indonésie, les fidèles ont effectué la prière du vendredi en respectant la distanciation réglementaire pour éviter la contamination. Pensez-vous que cela soit possible chez nous ?

Non, certainement pas. Le temps d’organiser les gens, l’heure de la prière sera passée. Que nous recommandez-vous maintenant pour mieux nous rapprocher du Seigneur ?

Profitons de ce gain de temps pour réapprendre notre religion. Apprenons déjà les 3 dimensions de l’Islam. Pouvez-vous me dire dans l’ordre à quoi correspond l’islam, l’iman et l’ihsan ? Sortez dans la rue, prenez au hasard 5 adultes, et posez-leur la question. Vous n’aurez que très peu de réponses justes. Et cela est inadmissible !

Cheikh profitons-en pour le rappeler à nos lecteurs

Les piliers de l’islam sont : la shahada (qui est la profession de foi : Laa Ilaha ilallah Mohamadu Rassullah), la prière, la zakat, le jeûne du mois de Ramadan et le pèlerinage à la Mecque ou hajj pour ceux qui en ont les moyens.

Pour ce qui est de l’imam (la foi) : il faut croire en Dieu, à l’existence des anges, à ses livres révélés, aux prophètes et envoyés, au jour du jugement dernier et à la rétribution (paradis ou enfer), au destin et à la prédestination (favorable ou pas)

L’ihsan consiste à adorer Dieu comme si tu Le voyais, car si tu ne Le vois pas, Lui te voit.

Merci de ce rappel Cheikh. Et que nous conseillez-vous de faire dans un premier temps comme adoration ? 

Nous savons tous que Dieu nous avait assigné 50 prières quotidiennes, mais grâce à un conciliabule entre Moïse (AS) et le Prophète Mohamed (PSL) ce dernier est retourné auprès du Seigneur plusieurs fois afin d’alléger ce nombre jusqu’à ce que, dans Son infinie Miséricorde, Dieu ne nous a plus imposé que 5 prières. Alors essayons déjà de pratiquer les 50 prières quotidiennement de façon surérogatoire. Il nous suffirait pour cela de les accomplir en y déduisant les 22 rakas normales (des 5 prières + salatul fadjr), et en dispatchant les 28 rakas restantes dans les heures surérogatoires possibles.

Par exemple :

4 rakas avant zuhur (2 salam)

4 rakas après zuhur

4 avant asr

6 rakas après maghrib ( 3 salam)

10 rakas après ichaa (5 salam), avant de boucler par safa witr.

Merci Cheikh, nous reviendrons vers vous dans nos prochains articles pour plus de conseils dans notre pratique et dans la vie de tous les jours.

About Mimicht

Une jeune mère, entrepreneure, africaine, active et passionnée. Découvrez à travers mes articles différentes astuces(culinaires, de beauté, déco et j'en passe). Restez connecté 😉

1 Comment

  1. غلي به dit :

    qu’Allah soit avec vous Cheikh partout oú vs serez!
    merci du rappel, alhamdoulilah.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login