Accueil » Famille » Vie de couple » Les 7 erreurs fatales à la vie de couple suite et fin

Les 7 erreurs fatales à la vie de couple suite et fin

Suite à notre premier article  » les 7 erreurs fatales à la vie d’un couple « , vous trouverez ici 3 erreurs supplémentaires à ne pas commettre afin de maintenir l’harmonie dans son couple.

5 – LA PARESSE

« On s’aime, donc ça doit marcher entre nous », « Si ça ne marche pas, c’est que l’on ne s’aime pas assez », « Si l’on ne se comble pas sexuellement, c’est que l’on n’est pas faits pour vivre ensemble »

De nombreux couples, les plus jeunes en particulier, sont persuadés que, entre eux, tout doit fonctionner d’emblée. Au moindre problème relationnel ou sexuel, ils concluent que la relation est condamnée. C’est pourquoi ils ne se donnent pas la peine d’essayer de surmonter à deux leurs difficultés. Habitués au zapping, à la consommation, donc à combler toutes leurs envies et tous leurs manques dans l’instant, ils ont du mal à supporter la frustration et à fournir des efforts qui ne portent pas leurs fruits immédiatement. C’est oublier que le couple et la sexualité ne vont pas de soi et se construisent avec le temps.

6 – LE FATALISME

Deux écueils principaux guettent les couples de longue durée : les conflits que l’on ne règle pas parce que l’on considère qu’il est trop tard pour une remise en question. Et puis, les enfants ont grandi et l’essoufflement du désir, voire l’absence de relations sexuelles s’est installé. Des conflits non réglés en profondeur ressortent rancœur et frustration. L’usure du désir installée au fil du temps, les conduites d’évitement qui alimentent une agressivité souterraine, empoisonnent les échanges les plus anodins.

La bonne réaction consisterait à communiquer sur ce qui fait effectivement problème pour tenter de trouver une solution (parfois en faisant appel à un tiers thérapeute).

7- L’ARGENT : Pomme de discorde

La gestion de la vie quotidienne, la sexualité et, enfin, les questions d’argent sont les principaux motifs de crise dans le couple. Françoise Sand, conseillère conjugale, nous explique pourquoi on parle davantage des deux premiers que du troisième.

«Les questions d’argent sont moins souvent évoquées mais sont de plus en plus fréquentes dans la réalité des couples. Soit l’un dépense beaucoup et l’autre thésaurise à l’excès, soit les deux partenaires se mènent la vie impossible à vouloir vivre dans un partage sans faille des dépenses… Ces différences dans les rapports à l’argent peuvent mener à la séparation parce qu’elles sont un indicateur de la confiance mutuelle que l’on s’accorde et qu’elles renvoient à la capacité (ou à l’incapacité) à surmonter la réalité qui, dans ce domaine, peut parfois être rude.

Elles sont aussi le signe d’une lutte de pouvoir. Garder ou, au contraire, brûler l’argent du couple devient un moyen de s’imposer face à l’autre. « Quelle « valeur » ai-je à tes yeux ? », « Est-ce que tu m’aimes pour ce que je représente ou pour ce que je suis vraiment ? », etc. Ce sont ces questions, relatives à l’identité de chacun, qui sont énoncées à travers ces comportements. »

RUPTURE : Quand est-elle inévitable ?

Le seul moyen de savoir si une crise de couple pourra ou non être dépassée est, d’abord, de la vivre et de s’y confronter. C’est ainsi que l’on verra si l’on est capable, ou pas, de faire le deuil de certaines illusions sur le couple « d’avant la crise ».

Si la réponse est oui, un nouveau départ est possible. Dans le cas inverse, la rupture s’imposera comme la seule issue réaliste. Les « symptômes » ? Une absence totale de communication verbale, la multiplication de petits et de grands conflits, des silences pleins de ressentiment, un examen permanent de l’autre, un sentiment d’amertume… Lorsqu’elles persistent, ces attitudes et réactions signifient que l’on s’est figé dans une position de défense et d’agressivité, et que la confiance et la complicité, indispensables à la vie à deux, ont totalement disparu.

 

 

About Khady Gadiaga

Khady GADIAGA est diplômée en Marketing Stratégique et Communication Organisationnelle de Liverpool Polytechnic Business School (Royaume Uni). Elle est également titulaire d’un Master 2 en gestion de projet de Kassel Hochschule en Allemagne et d’une licence en langues étrangères appliquées (anglais /allemand). Ayant capitalisé vingt ans d’expérience professionnelle, elle a piloté le marketing et la communication institutionnelle de plusieurs entreprises des secteurs privé et public au Sénégal et à l’étranger. Elle dispose également de plusieurs années d'expérience professionnelle pertinente dans l'élaboration et la mise en œuvre de politiques, programmes et projets liés au genre, qu’elle a eu à mettre au service de plusieurs organisations non gouvernementales. Khady GADIAGA est également connue dans la communication d’événements culturels d’envergure nationale et internationale (Dak’Art, FESMAN, AGFA, etc).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login