Accueil » Société » Environnement » Déchets plastiques : la loi votée n’interdit pas tous les sachets plastiques

Déchets plastiques : la loi votée n’interdit pas tous les sachets plastiques

Tous les sachets plastiques ne sont pas concernés par la loi interdisant la production, l’importation, la détention, la distribution des sachets à faible micronnage. Les sachets concernés sont avec des bretelles dont l’épaisseur est inférieure ou égale à 30 microns, explique le conseiller juridique du ministre de l’Environnement et du Développement durable. Les autres types de sachets utilisés par les femmes pour la glace et autres crèmes sont toujours autorisés.

‘’Quand on entre dans nos villes, ce qui nous accueille, ce sont des ordures. Lorsqu’on quitte, ce sont des ordures qui nous disent au revoir’’. Ce constat fait par Aminata Touré, Premier ministre d’alors en dit long sur la gestion des déchets au Sénégal. Dans la même logique que l’ancien premier ministre sénégalais, le coordonnateur du Réseau des professionnels de l’information et de la communication en environnement (REPICE) déclare également qu’à l’entrée de nos villages et villes l’image la plus frappante pour un visiteur reste les sachets plastiques qui sont partout : au bord des trottoirs, sur les arbres… Ces sachets, fait savoir Ibrahima Falla Junior, par ailleurs conseiller technique au ministère de l’Environnement et du Développement durable ‘’ne sont pas biodégradables’’. Ils sont ce qu’il appelle des ‘’polluants organiques persistants’’ et leur combustion reste ‘’un danger mortel’’ surtout pour le Sénégal où chaque jour, près de 5 millions de sachets plastiques sont abandonnés dans la nature tel que l’indique Boniface Cacheu, conseiller juridique du ministre de l’Environnement et du Développement durable.

Ces chiffres font peur. Il y a de quoi quand même. Raison pour laquelle d’ailleurs l’Etat du Sénégal a décidé de mettre fin à la ‘’production, l’importation, la détention et la distribution des sachets plastiques de faible micronnage’’. Une loi a été déjà votée dans ce sens, le 21 avril dernier à l’Assemblée nationale. Toutefois, la loi ne vise que les sachets dont l’épaisseur est inférieure ou égale à 30 microns. En des termes beaucoup plus clairs, Boniface Cacheu indique qu’il s’agit des sachets à bretelles. ‘’Quand on dit sachets à bretelles, peu importe la couleur. Que ce soit un sachet noir, ou d’une autre couleur, à partir du moment où c’est un sachet ayant une découpe sous forme de bretelles d’une épaisseur inférieure ou égale à 30 microns, il est concerné par la loi’’, renchérit le conseiller juridique du ministre Abdoulaye Baldé.

Ainsi, les sachets qu’utilisent les ménages pour vendre de la glace ou faire de la crème sont automatiquement exclus de cette interdiction. ‘’Ces sachets ne sont pas concernés par la loi’’ spécifie M. Cacheu, avant de poursuivre :‘’ces sachets n’ont pas de découpe sous forme de bretelles. Donc la loi ne les vise pas. Les femmes utilisent ces sachets pour mettre des produits alimentaires et après utilisation, automatiquement, elles les mettent dans les poubelles’’.

Parmi les 5 millions de sachets plastiques jetés chaque jour dans la nature au Sénégal, les sachets à faible micronnage constituent la plus grande partie, ajoute le conseiller juridique. Cela se justifie, dit-il, par l’épaisseur de ces sachets qui sont ‘’très légers’’ et une fois utilisés ne ‘’servent plus à rien’’.

Par ailleurs, lors des travaux en commission, certains députés ont déploré ‘’une certaine frilosité des rédacteurs du texte qui n’ont pas osé trancher le dilemme entre l’interdiction totale des emballages plastiques et la baisse de revenus des fabricants de ces articles polluants’’. Mais, pour Boniface Cacheu, la réponse est toute simple : ‘’on vit dans l’ère du développement durable. La protection de l’environnement ne doit pas se faire au détriment du développement économique comme le développement économique ne doit pas se faire au détriment de l’environnement’’. ‘’Il faut concilier ces deux impératifs’’, appelle-t-il. Il s’y ajoute, selon lui, ‘’qu’une mesure aussi radicale que l’interdiction totale aurait créé beaucoup de difficultés’’. Au lieu d’une loi interdisant totalement l’utilisation du plastique, le Sénégal a opté pour la ‘’voie médiane en tenant compte des expériences de différents pays africains. ‘’Cette voie médiane, c’est le milieu entre l’interdiction totale et la permissivité’’.

‘’Des sachets essentiellement importés’’

Toujours lors du vote du projet de loi à l’Assemblée nationale, beaucoup de parlementaires se sont interrogés sur l’origine de ces sachets plastiques. ‘’Ces sachets sont essentiellement importés’’, selon Boniface Cacheu. Aussi, explicite-t-il, ‘’les sachets visés sont pour l’essentiel importés. Le risque de ralentissement ou d’arrêts des activités industriels est écarté et ça permet de protéger l’environnement’’. De l’avis d’Ibrahima Fall Junior, ces sachets visés dans cette interdiction font beaucoup plus de dégâts parce que polluant les sols, encombrant les égouts, tuant les animaux’’. Sur le plan sanitaire, le brûlage de ces sachets entrainent des maladies cardiovasculaires, soutient Fall Junior. Ce dernier de poursuivre : ‘’c’est grave ce que nous faisons avec les sachets. C’est un problème de santé publique’’.

Cependant, le Sénégal ne vise pas seulement l’interdiction des sachets à travers cette loi. Dans la deuxième partie du texte, il veut‘’promouvoir une gestion rationnelle des déchets plastiques’’, développe M. Cacheu. Avec cette loi, la filière recyclage sera promue. Il a été demandé aux industriels de disposer de collecteurs. L’implantation de ces unités dans les différentes collectivités locales sera même une source de revenus pour les populations. En outre, Boniface Cacheu rejette toute inquiétude quant à l’application de la loi. Selon lui, les industriels ont été impliqués dès l’étape de la réflexion. Ce qui fait ‘’qu’avant même l’entrée de la loi, ils sont en train d’appliquer certaines mesures préconisées’’.

 

Credit photo : All Africa.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login