Accueil » Famille » Education » Argent de poche : Pour ou Contre?

Argent de poche : Pour ou Contre?

Faut-il donner de l’argent de poche aux enfants ?

De tous les sujets relatifs à l’éducation de nos enfants, l’argent de poche constitue un véritable problème auquel on n’a pas toujours une bonne réponse. Car face à une telle question, les avis sont partagés.

Mais avant tout, qu’est-ce que l’argent de poche ?  L’argent de poche peut être défini comme une petite somme d’argent, reçue régulièrement et sans condition, pour un usage personnel. Pour certains parents, il ne faut pas donner de l’argent de poche aux enfants, surtout quand ils ne sont pas d’un âge avancé. « Pourquoi donner de l’argent de poche aux enfants ? Nous leur donnons tout ce qu’ils veulent. Ils mangent le matin avant de sortir et reviennent manger à leur faim une fois de retour », renchérissent-ils. Pour d’autres, l’argent de poche donné aux enfants les « gâte » et leur permettrait d’acheter des choses impropres à leur bonne éducation. Souvent, ils étayent leurs propos par des exemples palpables qui laissent percevoir que donner de l’argent de poche aux enfants est un véritable danger.

L’argent de poche, un moyen d’éducation à la gestion

Tous ces avis peuvent être fondés. Mais précisons tout de même que donner l’argent de poche aux écoliers, aux élèves, n’est pas si mauvais qu’on le pense. C’est pourquoi nous recommandons aux parents de ne pas priver leurs enfants d’argent de poche. Ce qu’il faut éviter, c’est d’envisager l’argent uniquement comme une source d’un bien-être immédiat ou comme une possibilité par laquelle, il faut vous exhiber ou exhiber vos enfants. Il faut plutôt le voir comme un moyen d’éducation.

L’argent de poche peut ainsi aider l’enfant à devenir responsable de lui-même. A ce titre, la manière de donner cet argent de poche compte. Quand on définit une somme quelconque à donner à son enfant, il faut éviter surtout de la lui donner quotidiennement. Par exemple, un parent qui opte de donner 500 F à son enfant par jour comme argent de poche, évitera de les lui donner chaque matin. Cette manière de faire n’est pas éducative, car l’enfant n’apprendra jamais à prévoir ses propres dépenses et restera toujours dépendant de ses parents. Pire, il ne saura pas résister et éviter les dépenses inutiles.

Les parents qui le font, courent un gros risque : celui de voir leurs progénitures devenir plus tard des hommes incapables de gérer une économie familiale. Par contre, on peut remettre à l’enfant son argent de poche de la semaine,  de la quinzaine, voire du mois. Et l’on veillera à ne plus rien lui donner avant la fin de la semaine ou du mois. C’est à l’enfant de choisir ses priorités et de faire son choix selon ses nécessités et le montant dont il dispose. Notre rôle consiste à l’aider dans son choix sans pour autant lui imposer tel ou tel comportement. Cette façon de faire permettra à l’enfant d’apprendre à gérer, à économiser au besoin et d’être un homme responsable plus tard.

A partir de quel âge doit-on donner de l’argent de poche à l’enfant ?

Entre 6 et 12 ans, lui donner de l’argent, c’est lui faire sentir qu’il fait partie du monde des « grands », et comme il n’a pas encore bien saisie la notion du temps, il vaut mieux lui établir une fréquence de moindre durée, d’une semaine par exemple pour qu’il ne trouve pas que c’est trop long.

L’argent de poche ne peut être en aucun cas un sujet de chantage entre les parents et l’enfant pour réaliser de bons résultats ou acquérir son aide à la maison.

Entre 12 et 15 ans, devenant adolescent, assoiffé de liberté et d’indépendance, il vaut mieux lui hausser le montant de son argent de poche, mais n’hésitez pas à clarifier tout dès le début : Non au gaspillage ! Non à l’achat des produits qui peuvent présenter un danger comme les paris sportifs, les cigarettes, les armes blanches et autres produits nocifs pour la santé, etc.

Entre 15 et 18 ans, c’est la consommation à l’extrême, mais on ne peut pas se permettre d’acheter tout ce dont il a envie. Quoi qu’on puisse faire, le calcul de tous ses besoins en vêtements, transport, fournitures scolaires… on lui donne la somme et c’est à lui de se prendre en charge. Pas question de lui augmenter le montant sous prétexte que c’est peu. C’est à lui de se débrouiller, quitte à faire des petits boulots.

Crédit photo: www.itespresso.fr

About Khady Gadiaga

Khady GADIAGA est diplômée en Marketing Stratégique et Communication Organisationnelle de Liverpool Polytechnic Business School (Royaume Uni). Elle est également titulaire d’un Master 2 en gestion de projet de Kassel Hochschule en Allemagne et d’une licence en langues étrangères appliquées (anglais /allemand). Ayant capitalisé vingt ans d’expérience professionnelle, elle a piloté le marketing et la communication institutionnelle de plusieurs entreprises des secteurs privé et public au Sénégal et à l’étranger. Elle dispose également de plusieurs années d'expérience professionnelle pertinente dans l'élaboration et la mise en œuvre de politiques, programmes et projets liés au genre, qu’elle a eu à mettre au service de plusieurs organisations non gouvernementales. Khady GADIAGA est également connue dans la communication d’événements culturels d’envergure nationale et internationale (Dak’Art, FESMAN, AGFA, etc).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login