Accueil » Voyages » Découvertes » A la découverte des joyaux du Sénégal : Joal Fadiouth

A la découverte des joyaux du Sénégal : Joal Fadiouth

Visite guidée à Joal-Fadiouth, la ville natale du président-poète Léopold Sédar SENGHOR

A Joal, d’abord… de l’air pur. Puis la fraîcheur marine se fait sentir… La beauté touristique de la ville natale du président Senghor est visible dès l’entrée de la commune. Une route bitumée parcourt en longueur la dernière petite cité que compte la chaîne de villes touristiques de la Petite Côte sénégalaise. 20150501_131129_resized A gauche, le musée Mbind Diogoye est bien visible, grâce à sa réhabilitation par  la ville de Vénissieux, avec le concours de la coopération française. Cette vieille  bâtisse est, en fait, la maison natale de Senghor, où ses accessoires sont encore  présents: son lit, ses cuillères et différents objets familiers. Des photos des membres  de sa famille, son arbre généalogique et des coupures de presse de l’époque où il  était président de la République sont encore accrochés.

Nous faisons cap sur l’embarcadère et son pont en bois qui relie la deuxième  commune de la contrée : Fadiouth. Des guides touristiques sont volontaires pour  ceux qui veulent faire la traversée en pirogue. De petits groupes se forment. Les  gilets de sauvetage enfilés, les petites embarcations se faufilent entre les palétuviers.  A gauche, le cimetière marin mixte où reposent catholiques et musulmans. On y  compte de grandes personnalités politiques, civiles et sportives. « Des étrangers,  comme un père français, une américaine et bien d’autres encore sont  enterrés dans cet espace. Comme quoi, il ne suffit pas d’être de la région seulement pour avoir accès à nos terres », nous précise le guide Touré, l’éloquence dans le verbe et la maîtrise dans le discours. A droite, le pont principal, long de 725 m, rejoint l’archipel bordé par la mangrove.

coquillage

A Fadiouth, le syncrétisme religieux est réel. Catholiques (majoritaires), musulmans et  animistes y vivent en parfaite harmonie. « Toutes les fêtes religieuses  sont source de  réjouissances ici. Il n’y a pas de différences », nous apprend-on. La preuve, sur la grand-  place, au centre de l’île, la mosquée, l’église avec son clocher et le baobab mystique se  côtoient sans que cela ne choque personne. N’empêche, entre les allées des maisons, la   domination catholique se sent avec la présence de monuments et des statues de la  Vierge Marie, symbole de toute une religion.

Comme dans toutes les villes touristiques, les populations autochtones tirent leur profit des  expositions de différents objets d’art et des produits de la mer, au grand bonheur de l’étranger qui  y foule le pied pour la première fois !joal le pont Les coquillages ornent de long en large l’île, avec une grande  réserve entassée sur la rive gauche, pour, dit-on, « ne jamais être à court. Le sol doit être  toujours recouvert de coquillages. C’est ce qui fait la beauté de notre cité » il est déjà 14 h. L’hospitalité légendaire des Sérères est vite vérifiée. Des « Guari niam » (Venez manger avec nous) fusent de partout dans les concessions. Pas le temps de s’attarder davantage, d’autres contrées attendent d’être visitées, décrites et photographiées.  

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Login